Syndicalisme et travailleurs des industries numériques

Les uns ont besoin des autres, et vice versa

Joachim Joachim

Depuis un mois ou deux, à l’occasion des grèves, des mouvements sociaux et des revendications des syndicats, je me pose des questions sur la pensée syndicale et la technologie numérique.

Tout d’abord, je ne suis spécialiste ni en l’un, ni en l’autre—mais je suis persuadé que les deux peuvent à leur manière donner plus de pouvoir aux gens et aider à parvenir à une société plus juste.

Je travaille dans le web depuis dix ans, dans divers contextes. Je commence à connaitre le monde de la technologie, tant ses limites que son potentiel. Pour ce qui est du syndicalisme, je n’ai que des connaissances basiques, et pour ce qui est de l’articulation des deux thèmes, je ne sais vraiment pas grand chose.

Deux mondes séparés

En tant que travailleur d’une industrie numérique, je suis concerné par les deux. Seulement, j’ai rarement vu des échanges entre les deux mondes, comme si le monde syndical s’obstinait à fonctionner et communiquer comme il y a vingt ans, et comme si les travailleurs des industries numériques n’avaient pas eu la curiosité de s’organiser.

Il faut donc réfléchir à ce que chaque monde peut apporter à l’autre, en matière de pensée et d’outils.

Je ne suis pas le premier à me poser ces questions. Mon problème c’est que je ne connais pas trop ce qu’il y a eu avant moi—si vous avez des références à me conseiller, si vous voyez des erreurs dans mon texte ou si vous voulez discuter sur ces sujets, n’hésitez pas à prendre contact (sur Twitter : @joachimesque ou sur Mastodon : @joachim@boitam.eu).

J’ai commencé à réfléchir à toutes ces questions de mon côté, et je dresse dans cet article un faisceau d’idées, de pistes sur lesquelles je compte m’engager pour faire avancer la réflexion—et peut-être, pourquoi pas, trouver des choses fraiches et intéressantes à proposer. Je vais surtout aborder des questions d’outils (techniques ou autres), qui existent ou qui n’existent pas, et leur utilité, tant pour les travailleurs du numérique que pour les syndicats.

Apporter les technologies numériques au syndicalisme

Je n’ai pas de pied dans le monde du syndicalisme. Donc ce que je raconte par la suite n’est pas forcément exact. Si des concerné·e·s par le sujet ont des choses à m’apprendre, je suis tout ouïe.

Comment se fait-il qu’à l’époque de l’Internet, des réseaux sociaux, le message des syndicats soit si facilement passé sous silence ?

Le souci vient surtout du fait, à mon avis, que les syndicats n’ont pas forcément les bons outils pour s’organiser, pour diffuser les nouvelles de leurs luttes, et pour faire passer leurs idées à la génération suivante de travailleur·se·s.

Plusieurs points sont à mettre en avant :

Intérêt du Libre

Le monde du Logiciel Libre propose énormément d’outils totalement gratuits. Organiser et héberger des plateformes de communication et d’organisation est une bonne manière de donner les moyens aux syndicats une autonomie par rapport aux outils internes à leur entreprise. De même la création et le développement de nouveaux outils de syndicats doit suivre les préceptes du Logiciel Libre.

Sécurité Informatique au service du syndicalisme

Une bonne hygiène numérique garantit la sécurité des échanges. Je ne sais pas trop quels sont les besoins de syndicalistes en matière de protection de leurs communications, mais je pense que des cours de sécurité informatique adaptés aux situations des employés peut être très utiles.

Outils nécessaires

Les quelques idées que je propose ici ne sont pas basées sur le vrai besoin du travail syndical, mais seulement sur l’idée que je me fais de ces besoins.

  • Communication
    • Documents partagés, salons de discussion (communication interne)
    • Plateformes / sites web (communication externe)
  • Prise de décision
    • Salons de discussion
    • Sondages, etc
  • Préservation des archives, de la mémoire syndicale
  • Création de supports de communication (revues papier, tracts…)

Beaucoup de ces outils sont déjà mis en place via Framasoft ou Disroot, mais ne sont pas spécifiques aux syndicats—une plate-forme spécifique pourrait être utile. Des outils comme YuNoHost (qui permettent de déployer sur un serveur une batterie complète d’applications de communication, de cloud, etc) pourraient convenir parfaitement à ces besoins.

J’aborde à la fin de cet article le projet Syndicoop, de l’Ugict - CGT Ingés Cadres Techs. J’ai découvert ce projet après avoir commencé à réfléchir à tout ça, et il correspond vraiment à ces préoccupations.


Apporter les outils des syndicats au service des travailleurs numériques

Depuis plus d’un siècle, les syndicats ont apporté aux travailleurs la conscience sociale et les outils de négociation afin de rétablir l’équilibre avec leurs patrons lors de leurs luttes.

Disséminer la culture syndicale

Le plus important à mon avis est de commencer à faire vivre la culture syndicale dans les industries de la communication et du développement. Toute l’industrie numérique a beaucoup de retard par rapport aux industries plus anciennes. Il y a plein de raisons à ça, par exemple :

  • les syndicats sont vus comme des reliques du passé
  • beaucoup de ces syndicats historiques n’ont que peu montré leur utilité récemment—je parle ici des syndicats « réformistes », dont la seule utilité est de proposer au gouvernement une communication à peu de frais
  • les frais de cotisation à un syndicat, basés sur le montant du salaire de l’employé, peuvent faire peur
  • les travailleurs indépendants (graphistes, auto-entrepreneurs…) peuvent ne pas se penser concernés par un syndicat qui ne parle que du monde de l’entreprise

Il faudrait donc penser à des tables rondes, des ateliers, des conférences, réunissant travailleurs numériques (et pourquoi pas des représentants de syndicats), afin de faire apparaitre les terrains de lutte qu’il faudra conquérir. Il faudrait aussi penser à diffuser ces savoir en dehors de l’IRL et proposer des questionnaires, sondages ou boîtes à idées en utilisant le médium qu’est le Web – sur lequel on travaille quotidiennement – à son plein potentiel. J’appelle cette idée les comices du code du nom des assemblées réunies autour d’intérêts communs.

Axes de réflexion d’un syndicat de travailleuses et travailleurs du code

À première vue, on pourrait se dire « si on n’entend pas parler des syndicats dans le monde numérique, c’est qu’il n’y en a pas besoin ». En en discutant jour après jour avec mes collègues et d’autres gens du domaine, je pense que c’est faux. Il y a beaucoup d’axes sur lesquels on peut faire mieux respecter nos droits et nos besoins.

Je rentrerai dans le détail de ces axes plus en détails dans le futur, quand j’y aurai un peu réfléchi, mais voilà ce que j’ai identifié :

  • Analyse et critique des syndicats en place, et des conventions collectives
  • Aider les travailleur·se·s non-salariés contre l’ubérisation du travail du web
  • Protéger les travailleur·se·s dans des situations non éthiques
  • Promouvoir les structures libres (Coopératives, SCOP, etc)

Il s’agit bien sûr d’une liste non exhaustive—je n’ai pas travaillé dans tous les types de boîtes, sous tous les types de contrats, pour tous les types de projets… vous savez comment me contacter si vous désirez me faire part d’une cause, d’un combat qu’il faut mettre en avant.


Bloc-notes

Suite à ces quelques pistes, voilà les ressources que j’ai notées. Je vais m’en imprégner pour affûter mes idées et pourquoi pas les faire déboucher sur des idées tangibles—mais ça prend du temps.

Syndicats & associations existantes

Syndicats & assos qui représentent les travailleurs indépendants

(rubrique vide pour l'instant, n'hésitez pas à m'en communiquer)

Idées eues avant

Le travail de l’Ugict sur https://syndicoop.fr/ est tout à fait dans la lignée de ce que je pensais — et c’est plein d’idées que je n’avais pas eues, la tractothèque par exemple. En revanche la peinture a séché sans que que les finitions aient été finies (les gars si vous avez besoin d’aide je suis intégrateur web).

Plus anciennement il y avait ce blog Travailleurs du Web :

De manière un peu tangentielle il y a les problématiques liées à l’utilisation du numérique dans le travail : https://lenumeriqueautrement.fr/

Autres sources

Si vous avez des remarques, des idées ou des conseils de lecture, je suis joignable sur Twitter : @joachimesque ou sur Mastodon : @joachim@boitam.eu, ou même par email joachim.robert+blog@protonmail.com.

Si vous voulez dire bonjoir ou m’envoyer un lien vers la chanson qui vous fait plaisir à écouter ces temps-ci c’est aussi accepté.

Si vous voulez me traiter de gauchiste, vous pouvez aussi le faire mais vous ne m’apprendrez rien. En revanche n’hésitez pas à vous poser des questions sur l’idée de négociation collective dans le cadre de votre travail, et la façon dont les outils numériques pourraient vous aider.